Dès l’instant où votre cerveau discerne une menace imminente – qu’elle soit réelle ou imaginée, l’instinct de survie (Fight or Flight en Anglais) du corps est déclenchée.

Elle prend son origine dans l’amygdale cérébrale qui alors déclenche une réponse neuronale dans l’hypotalamus. Cette réponse neuronale provoque à son tour une activation de la glande pituitaire (appelée aussi hypophyse) et la sécrétion d’hormones. Les glandes surrénales sont alors immédiatement activées et relâchent un neurotransmetteur appelé épinéphrine.

La production de ce messager chimique entraîne la production d’hormones telles que : adrénaline, noradrénaline, dopamine, cortisol, DHEA (déhydroépiandrostérone). En conséquence, cela va provoquer une augmentation de la pression sanguine, du taux de sucre dans le sang, du rythme respiratoire, va supprimer la pensée réfléchie, créative pour favoriser la pensée automatique (bats-toi ou fuis !) et enfin, va éteindre le système immunitaire.

La libération soudaine de ces agents chimiques fournit l’énergie nécessaire pour réagir rapidement à une situation potentiellement mortelle ou perçue comme telle ou tout du moins comme une menace.

« Fight » en Anglais veut dire se battre et « Flight » veut dire s’enfuir. Ces termes renvoient aux réactions primaires de l’époque où nous étions reptiles. Situées dans le cerveau reptilien, ces réactions visaient à nous donner les moyens de faire face au danger imminent. La lutte, pour se défendre – ou la fuite, pour courir et s’éloigner du danger.

Cette impulsion puise instinctivement dans nos réserves d’énergie et les met immédiatement à notre disposition pour prendre les mesures appropriées.

Cependant … l’instinct de survie continue d’être déclenché face aux situations d’aujourd’hui même si ces situations sont bénignes, comme si tous nos facteurs de stress quotidiens étaient des situations d’urgence. Or elles ne le sont pas.

Les problèmes commencent quand…

votre cerveau identifie n’importe quel évènement ou agent comme quelque chose pouvant mettre en danger l’état d’homéostasie normal du corps (processus de régulation par lequel l’organisme résiste aux changements et maintient un état d’équilibre des différentes composantes des systèmes internes).

Le stress est la réaction de votre corps aux changements – environnementaux, biologiques, physiques ou psychologiques. Ceux-ci peuvent être des événements réels ou provoqués par vos pensées, votre imagination, ou même vos rêves.

Vous souhaitez poser une question ?