Le corps médical s’accorde pour définir la dépression comme une maladie psychique fréquente qui survient sous forme de périodes dépressives.

Elle est caractérisée par :
  • Une grande tristesse
  • Une perte de motivation ( plus envie de…)
  • Une dévalorisation de soi (ne plus être capable de….)
  • Une absence ou diminution de plaisirs
  • Une fatigue importante
  • Des troubles alimentaires
  • Des variations de poids
  • Des troubles du sommeil
  • Des attaques de panique ou angoisses
  • Des peurs
  • Des pensées morbides
  • Le suicide dans les cas les plus graves

La dépression est classée selon différents types :

  • La dépression post-traumatique :

Elle est déclenchée par un choc émotionnel, un évènement traumatisant et brutal comme le décès d’un proche, un licenciement, une séparation, etc.

  • La dépression endogène

Elle prend naissance à l’intérieur de l’individu, on peut dire qu’elle prend son origine dans les croyances de l’individu ( avoir la sensation de ne pas être à sa place, ne pas être aimer, etc)

  • La dépression du baby-blues

Survenant chez la femme après l’accouchement

  • La dépression de la personne âgée

Rencontrée souvent après la mort du conjoint, ou la maladie

  • La dépression saisonnière

Provoquée par un manque de lumière à l’arrivée de l’automne et l’hiver

  • La bipolarité

Se caractérise par des troubles de l’humeur alternant des épisodes d’euphorie et de dépression.

Selon le diagnostic, le patient reçoit le traitement adapté.


Lors de tout type de dépression, le point commun qui en ressort est :

Un changement de la chimie du cerveau : on peut constater que chaque symptôme est dû à une variation des messages nerveux du corps.
  • Une grande tristesse : c’est la sérotonine qui permet en grande partie d’être heureux (lors d’un choc émotionnel les réserves en sérotonine sont vidées par l’organisme).
  • Une perte de motivation ( plus envie de…) : la dopamine est directement impliquée par son effet boostant.
  • Une dévalorisation de soi (ne plus être capable de….) : la sérotonine et le gaba sont impliqués.
  • Une absence ou diminution de plaisirs : la dopamine est lié aux plaisir par le circuit de récompense .
  • Une fatigue importante : C’est la dopamine
  • Des troubles alimentaires : La sérotonine régule l’appétit et la satiété
  • Des variations de poids : c’est l’acétylcholine et la dopamine
  • Des troubles du sommeil : la mélatonine assure la fonction sommeil.
  • Des attaques de panique ou angoisses : La sérotonine calme l’organisme
  • Des peurs et pensées morbides : C’est la sérotonine
  • Le suicide dans les cas les plus graves : Des taux très bas de sérotonine ont été constaté dans les cas de suicide

A SAVOIR :

Les antidépresseurs et autres anxiolytiques visant à traiter la dépression utilisent des molécules de synthèses empêchent certains neurotransmetteurs de notre cerveau comme la sérotonine de s’évacuer. La sérotonine ainsi capturée va s’accumuler et faire croire au cerveau que tout va bien. Corriger les causes qui empêchent l’organisme à produire assez de sérotonine dans l’organsime, n’est-ce pas plus logique et naturel qu’un traitement lourd d’effets secondaires?

A vous de voir!

Ces neurotransmetteurs proviennent naturellement des aliments et de nostre habitudes de vie.

Conservez un équilibre en sérotonine par une alimentation adéquat aux aléas de la vie est une solution qui se suffit à elle seule ! EN SAVOIR PLUS

Vous souhaitez me poser une question sur ce thème ?

%d blogueurs aiment cette page :